Parmi les ouvrages remarquables conservés à la bibliothèque du Centre Sèvres figurent plusieurs premières versions rares d’un texte fondateur et emblématique de la spiritualité jésuite : les Exercices spirituels de Saint Ignace de Loyola.

 

Un travail mené par Ignace pendant vingt ans

 

Le livre des Exercices spirituels tire son origine de l’expérience d’Ignace de Loyola, immobilisé au pays basque dans son château familial à la suite d’une blessure au siège de Pampelune en 1521. Durant sa convalescence, ses lectures, notamment  La Vie du Christ et La Légende dorée, recueil de vies de saints, éveillent en lui le désir de les imiter et ouvrent la voie à sa conversion.

En route vers Jérusalem, il fait halte à l’abbaye bénédictine de Montserrat, puis se retire à Manrèse, près de Barcelone. Il y reste presqu’une année en solitaire (mars 1522-février 1523) et y vit une expérience spirituelle dont il transpose l’essentiel dans des cahiers. Une vingtaine d’années durant, au cours de ses pérégrinations et de ses études en Espagne et à Paris, Ignace ne cesse de réviser et compléter ses notes. Elles constitueront la substance des Exercices spirituels qui seront achevés à Rome en 1541.

Les Exercices spirituels sont traduits dans un latin élégant par le jésuite André des Freux et imprimés pour la première fois en 1548. L’ouvrage est approuvé par le pape Paul III le 31 juillet 1548. La bibliothèque du Centre Sèvres conserve la 1ère édition de 1548 de cet ouvrage.

 

                                    20221017 112028 Copie                    20221017 112051 Copie

 

De véritables exercices, supports à une retraite


Dès la 1ère édition, la "première annotation" du livre explique le titre ainsi :


« Par ce terme d’exercices spirituels, on entend toute manière d’examiner sa conscience, de méditer, de contempler, de prier vocalement et mentalement, et d’autres opérations spirituelles, comme il sera dit plus loin. De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont des exercices corporels, de même appelle-t-on exercices spirituels toute manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi toutes les affections désordonnées et, après les avoir écartées, pour chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie en vue du salut de son âme. »

 

                                 20221017 124251 002                  20221017 124449

 

Les Exercices spirituels visent à approfondir sa relation au Christ « afin de mieux l’aimer et de mieux le suivre » (ES, n°104) et de progresser sur le chemin de la liberté intérieure. Leur but est de conduire celui qui les pratique à accueillir l'amour de Dieu, à grandir en familiarité avec le Christ et à choisir comment ordonner sa vie à Sa suite.

Organisés en quatre semaines, prévus pour durer 30 jours, ils contiennent une succession de contemplations de la vie du Christ et de méditations écrites par Ignace. Ce sont des Exercices à "faire" et non à "lire". Cette méthode semble être marquée par l’influence des textes de L'Imitation de Jésus-Christ et de l’Exercitario de la Vida Spiritual de Garcia Jimenez de Cisneros (1455-1510). 

 

                                  20221017 112253 Copie                    20221017 112340 Copie

 

Une postérité remarquable


Les Exercices spirituels sont très vite utilisés par les jésuites, avant même leur édition. En témoignent les notes de Pierre Favre, dictées à Louvain en 1543, sur les exercices spirituels. La bibliothèque en conserve la seule version connue, via une copie rédigée par un jésuite datant probablement de 1555. Cette version est d'autant plus importante qu'Ignace de Loyola disait de Pierre Favre qu’il était celui qui donnait le mieux les Exercices spirituels.

 

AR 2 20

 

 

Pensés pour restituer une expérience et servir d’outils à une retraite, les Exercices seront largement distribués dans de multiples langues.


La plus ancienne traduction française des Exercices, selon le père André Derville, est manuscrite et datée de 1604. Elle est contenue dans un recueil de textes spirituels confectionné par un Jésuite sous un format assez maniable pour être emporté facilement dans ses déplacements. Autrefois conservée dans le fonds des manuscrits de la bibliothèque des Fontaines de Chantilly, elle a été transférée au Centre Sèvres.

 

AR 2 314 

 

Cette traduction manuscrite sera suivie d’une traduction imprimée en 1612, dont la bibliothèque possède également une première édition.

 

AR 2 27

L’engouement pour cette œuvre majeure ne sera jamais démenti. On compte aujourd’hui, uniquement à la bibliothèque du Centre Sèvres, des centaines de versions imprimées et des versions manuscrites des Exercices spirituels. Le pape François lui-même y a consacré plusieurs ouvrages, dont Amour, service et humilité : Exercices spirituels donnés à ses frères évêques à la manière de saint Ignace de Loyola, empruntable à la bibliothèque. 

 

518SLJe6f4L

 

 

Quelques liens utiles :

 

https://intranet.cvxfrance.com/2015/04/21/les-exercices-spirituels/

https://www.jesuites.com/exercices-spirituels/

https://www.jesuites.com/saint-pierre-favre-sj-2/

A l'occasion des forums du Centre Sèvres qui ont eu lieu le 28 janvier, la bibliothèque a présenté un petite exposition des documents et papiers trouvés dans les livres qui sont d'une diversité étonnante.

 

IMG 20220128 171713

 

L'un d'eux a particulièrement retenu notre attention par sa forme et son contenu.

Ce document était glissé dans l'ouvrage : Sermons du Pere Bourdalouë, de la Compagnie de Jésus. Sur les mystères. Tome premier. - A Lyon : Chez Anisson et Posuel, 1715.

 

pied Ste Vierge

 

Ce document insolite d'environ 21 cm de long contient le texte suivant :

 "La juste mesure du pied de la très-Sainte Vierge tirée d'un de ses souliers qui sont conservés dans le monastère des religieuses de la ville de Saragosse en Espagne.

Notre St Père le Pape a accordé 200 ans d'indulgence à tous ceux et celles qui baiseront cette mesure en disant 3 Ave Maria.

Il a également accordé à ceux et celles qui prendront ce petit modèle sur un papier.

Cette indulgence a été donnée par Notre St. Père le Pape Clément X".

Clément X a été pape du 29 avril 1670 au 22 juillet 1677.

 

La chaîne Arte a lancé au printemps une nouvelle émission proposée par l'historien Patrick Boucheron intitulée « Faire l’histoire » qui vise à aborder l’histoire par le prisme des objets dans de courts épisodes d’environ 15 min.

La bibliothèque du Centre Sèvres a été sollicitée pour un épisode consacré au calumet de la paix, pipe utilisée par les Amérindiens pour fumer du tabacet a prêté plusieurs ouvrages anciens à cette occasion.

En effet, les jésuites missionnaires des XVIIe et XVIIIe siècles étaient des observateurs privilégiés du mode de vie et des coutumes des Amérindiens et ils ont fourni des sources précieuses par leurs écrits.

L'épisode diffusé le 11 décembre est disponible en replay sur le site d'Arte

 

En ce temps de commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier à Sainte-Hélène (5 mai 1821), la bibliothèque est heureuse de vous présenter une lettre manuscrite originale signée de la main de l'Empereur et conservée dans nos fonds.

 

Sa provenance

 

Cette lettre appartient à un recueil de 41 pièces manuscrites qui est parvenu à la bibliothèque du Centre Sèvres en 1999, au moment de la fermeture de la bibliothèque des Fontaines à Chantilly.

En effet, une partie des fonds de cette dernière (fonds de philosophie, Jesuitica et l’ensemble « liste Derville ») est alors transférée à la bibliothèque du Centre Sèvres, tandis que l’autre partie est cédée à la bibliothèque municipale de Lyon.

L’ensemble appelé « liste Derville » - en référence au Père André Derville qui a sélectionné environ 4000 volumes à garder - comprend des écrits des auteurs jésuites de l’ancienne Compagnie (commentaires d’Ecriture sainte, ouvrages de théologie, de géographie, d’histoire, ouvrages manuscrits, etc.) parmi lesquels figure ce recueil de manuscrits.

Nous savons qu’il était conservé auparavant à la bibliothèque de l’ancien scolasticat de Jersey.

C’est donc par ce cheminement que cette fameuse lettre s’est retrouvée à la bibliothèque du Centre Sèvres.

Comme vous pouvez le constater, le texte de la lettre est d'une écriture différente et seule la signature est de l'empereur.

 

  

20210422 150325

 

 

En voici le texte retranscrit par la Fondation Napoléon :

 

texte lettre

 

 

Son historique

 

Cette lettre originale de Napoléon Ier adressée au pape Pie VII, datée du 25 janvier 1813, a été écrite le jour même du Concordat de Fontainebleau qui accorde notamment à l'Empereur le pouvoir de nommer tous les évêques et archevêques de l'Empire.

Le pape, alors détenu à Fontainebleau, annule sa signature dès le 28 janvier et se rétracte formellement le 24 mars 1813 comme l'illustre ci-dessous cette estampe germanique. Mais le texte est déjà présenté par la presse officielle comme "loi sacrée de l'Empire".

 

concordat fontainebleau

 

Il est fait référence à cette lettre dans deux ouvrages et une revue du XIXe siècle.

En effet, le Cardinal Bartolomeo Pacca a donné dans son ouvrage - Mémoires sur la captivité du pape Pie VII et le Concordat de 1813 : pour servir à l'histoire du règne de Napoléon, Paris, 1833 - une traduction italienne de la lettre sur laquelle le traducteur a refait une traduction française forcément inexacte.

Par ailleurs, le Comte d'Haussonville dans son livre - L'Eglise romaine et le Premier Empire, Paris, 1869, tome V - donne sous le titre "Déclaration donnée au pape par l'Empereur le jour du Concordat", le texte d'une minute écrite de la main de l'évêque de Nantes, Mgr Jean-Baptiste Duvoisin, sous la dictée de l'Empereur.

Napoléon a finalement apporté des modifications importantes à cette minute et livre dans cette lettre le texte définitif et original envoyé au pape.

En janvier 2005, le Père Derville a envoyé une copie de la lettre à la Fondation Napoléon qui l'informe dans sa réponse qu'elle avait été publiée dans la revue "Miscellanea Napoleonica", n°6, 1899, dans un article de Fraikin intitulé "Sept lettres inédites de Napoléon Ier".

La Fondation Napoléon indique également qu’une copie de cette lettre est conservée aux Archives secrètes du Vatican, et qu'elle la publiera dans son édition de la Correspondance de Napoléon.

 

 signature