Prêt d'ouvrages pour Arte

La chaîne Arte a lancé au printemps une nouvelle émission proposée par l'historien Patrick Boucheron intitulée « Faire l’histoire » qui vise à aborder l’histoire par le prisme des objets dans de courts épisodes d’environ 15 min.

La bibliothèque du Centre Sèvres a été sollicitée pour un épisode consacré au calumet de la paix, pipe utilisée par les Amérindiens pour fumer du tabacet a prêté plusieurs ouvrages anciens à cette occasion.

En effet, les jésuites missionnaires des XVIIe et XVIIIe siècles étaient des observateurs privilégiés du mode de vie et des coutumes des Amérindiens et ils ont fourni des sources précieuses par leurs écrits.

L'épisode diffusé le 11 décembre est disponible en replay sur le site d'Arte

 


Les ouvrages prêtés :

 

OPAC Détail de notice

 20211214 172806 

 OPAC Détail de notice

 

20211214 172857

 

OPAC Détail de notice

 20211214 171922

 

 OPAC Détail de notice

 

20211214 172134

 

 

L'ouvrage Moeurs des sauvages amériquains. Comparées aux moeurs des premiers temps. Par le P. Lafitau de la Compagnie de JesusA Paris : chez Saugrain l'aîné : Charles-Estienne Hochereau, 1724 est composé de quatre tomes et d'un recueil d'illustrations gravées.

Son auteur, Joseph François Lafitau est un jésuite missionnaire originaire de Bordeaux.

En 1711, il demande à être envoyé dans les missions de la Nouvelle-France. Il fait un arrêt à Québec puis il est ensuite envoyé au Sault-Saint-Louis (Caughnawaga, Québec) sur la rive du Saint-Laurent en face de Montréal. Il y exerça son ministère pendant près de six ans (1712-1717). Cet établissement fondé par les jésuites Pierre Raffeix, Jacques Frémin et Jean de Lamberville réunissait des Iroquois dont plusieurs venaient de la tribu des Agniers. Aidé par le missionnaire jésuite Julien Garnier, il s'initie à la langue et à la culture des Iroquois.

Il revient en France en 1717 afin de demander la permission de déplacer le village de Sault-Saint-Louis pour le relocaliser sur un emplacement au sol plus fertile et d'une position stratégique plus avantageuse. Il fait également part de son opposition à la vente d'alcool aux Indiens.

Son ouvrage paru en 1724 visait à ériger une science des coutumes en comparant les moeurs des Indiens avec celles des peuples de l'Antiquité. Il partait d'observations concrètes et d'interprétations pour en tirer des conclusions théoriques sur des sujets comme l'habitation, la parenté et la fonction du conseil des anciens du village comme unité de base de la structure politique des Iroquois.

Il est un apport précieux pour l'histoire de l'ethnologie.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter :

- La plume et le calumet : Joseph-François Lafitau et les "sauvages amériquains"  / sous la direction de Mélanie Lozat et Sara Petrella ; préface de Frank Lestringant. Paris : Classiques Garnier, 2019. [cote 57484/249]

- Lafitau et l'émergence du discours ethnographique / Andreas Motsch. Sillery (Qc) : Septentrion ; Paris : Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2001. [cote Q 629/006]

 

 20211215 163512